Flag
Plateau de glace d'Ayles

Le vêlage du plateau de glace d'Ayles

Le Plateau de glace d'Ayles est situé sur la côte nord de l'île d'Ellesmere au Nunavut, au Canada, à approximativement 800 kilomètres du Pôle Nord.


Carte contextuelle fournie par l’Atlas national du Canada, 5e édition.

Veuillez noter que l’occurrence 100 % de l’extrémité des glaces a été obtenue des dossiers sur la glace de 1972 à 2004 et mise à jour pour inclure l’année record de faible glace de 2007.

Le 13 août 2005, une énorme section du plateau d'Ayles s'est séparée dans l'océan Arctique. Ce processus s'appelle vêlage. L'île de glace résultante est actuellement emprisonnée dans la banquise d'hiver au large de la côte de l'île d'Ellesmere. L'île de glace est approximativement 66 kilomètres carrés de taille et représente la plus grande rupture d'un plateau de glace dans l'Arctique canadien depuis 30 ans. On suspecte que l'âge de la glace de l'île de glace d'Ayles pourrait avoir jusqu'à 4500 ans.

L'île de glace est apparemment née au large du plateau de glace d'Ayles en raison des températures anormalement plus chaudes et des vents persistants du rivage vers la mer ou le long de la côte. La glace de mer qui serre normalement le rivage de la côte nord de l'île d'Ellesmere, même en été, a été remplacée par un chenal ouvert d'eau quelques jours avant le 13 août 2005, ce qui a permis au plateau de glisser dans l'eau et de dériver rapidement vers l'ouest.

Image MODIS du plateau de glace d'Ayles - 13 août 2005
Image MODIS du plateau de glace d'Ayles - 13 août 2005

Comment l'île de glace d'Ayles a-t-elle été découverte?

La rupture du plateau de glace d'Ayles a été notée la première fois par l'analyste des glaces Laurie Weir, du Service canadien des glaces, pendant une surveillance courante de l'Arctique de l'Est. Les images satellites canadiennes de RADARSAT de l'île d'Ellesmere et de sa glace environnante entre le début août et la mi-août 2005 ont montrées qu'une section massive du plateau de glace d'Ayles a fracturé le 13 août.

Une discussion avec une camarade prévisionniste de la glace de mer Trudy Wohlleben a conduit à une réunion avec Luc Copland, professeur adjoint à l'université d'Ottawa, qui a suggéré que l'événement soit documenté avec une étude et une publication. Au cours des mois suivants, Copland (université d'Ottawa), Weir (Scg) et Derek Mueller (université de Fairbanks Alaska) ont analysé des images de RADARSAT, de MODIS et d'ASTER, ainsi que des données seismologiques jusqu'à ce que le temps de rupture ait été déterminé précisément. En moins d'une heure, entre 1730-1830z le 13 août 2005, une large fente s'est produite sur le plateau de glace d'Ayles et une section massive du plateau s'est alors détachée vers la mer. Par la suite, les températures détaillées et les profils de vent ont été recueillis pour compléter l'ensemble des données.


Séries temporelles de scènes par satellite MODIS montrant le bris de la plateforme de glace Ayles. Tous les dates sont en 2005, tous les temps sont en zulu (= GMT). La flèche rouge dans la première image montre l’emplacement de la faille initiale. Source de l’image : NASA

L'événement a attiré l'attention des médias après que Luc Copland a présenté le cas à Cambridge en Angleterre en août 2006 et que Derek Mueller et Warwick Vincent ont informé la journaliste Margaret Munro du journal Can West de Victoria juste avant Noël 2006.

Les réunions annuelles Scientifiques d'ArcticNet sont concentrées sur le changement climatique du Nord et sont parmis les principales réunions scientifiques en Amérique du Nord au sujet de l'Arctique. La réunion d'ArcticNet était la première occasion pour Luc Copland et Warwick Vincent de présenter des observations du champ de l'été d'ArcticNet et de les placer dans le contexte plus large du changement climatique. C'était également la première occasion de présenter leurs résultats aux associés d'ArcticNet comprenant l'Inuit Tapiriit Kanatami et Parcs Canada. La journaliste de Can West, Margaret Munro assistait à la réunion. Elle a lu un résumé rédigé par Julie Veillette se référant à la séparation du plateau d'Ayles. Margaret Munro en a profité pour abordé Derek Mueller et Warwick Vincent afin de recueillir plus d'information.

L’article décrivant le bris de l’ensemble de la plateforme est maintenant examiné pour publication par Geophysical Research Letters.

Où peut-on trouver plus d'information au sujet de l'île de glace d'Ayles?

Vers où se dirige l’île de glace Ayles? (août 2005)

Seul l’avenir le dira. Si nous continuons à voir des plans d’eau ouverts le long de la côte de l’île d’Ellesmere en été, l’île de glace pourrait se libérer de la glace de mer et tomber dans la circulation du tourbillon océanique de Beaufort pour dériver sud­ouest. L’île pourrait dériver dans les îles de la Reine­Elizabeth ou elle pourrait se rendre jusqu’à la mer de Beaufort. Si l’île de glace atteignait la mer de Beaufort, elle pourrait représenter un problème pour la marine marchande et les plateformes pétrolières.

la fracture

Où estl'île de glace Ayles maintenant?

Des radiobalises ont été placés sur chacun des fragments de l’île de glace Ayles afin de faciliter le contrôle de leur mouvement :

- Carte montrant l’évolution du fragment situé à l’est

- Carte montrant l’évolution du fragment situé à l’ouest

Mise à jour sur le plateau de glaces d’Ayles, octobre 2008

Le déplacement des glaces marines dans le détroit de la Reine a causé le sectionnement du plateau de glaces d’Ayles en trois parties ainsi qu’en plusieurs morceaux plus petits. La balise de repérage est située sur le plus gros morceau, lequel est indiqué sur l’illustration ci-dessous. Ces morceaux continueront d’être surveillés.


Les mises à jour précédentes sur l’île de glace Ayles et les images afférentes se trouvent sur notre page des mises à jour passées sur l’île de glace Ayles et images.

Le Service canadien des glaces remercie NASA, l’Agence spatiale canadienne et MacDonald Dettwiler and Associates LTD. d’avoir fourni des images utilisées sur ce site Web.

 Coin éducatif